Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

31/01/2018

La Mairie de Quimper  propose la fermeture de la maternelle des Pommiers.

 

pommiers1.jpgLa décision de fermer  d’une école est toujours une initiative  douloureuse. Des centaines de gamins,  aujourd’hui adultes y ont fait leur apprentissage de la vie et bien souvent les murs s’en souviennent comme s’en souviennent, des odeurs de cire, d’encaustique, ceux qui y ont usé leurs fonds de culotte. C’est aussi un moment difficile pour les parents qui se sont habitués aux personnels et qui ont mis en place toute une organisation pour assurer les conduites du matin et les retours du soir.  D’un autre coté les bâtiments vieillissent  et ont besoin d'argent  pour leur entretien. Les écoles les plus anciennes ont obligation de se  mettre aux normes actuelles. Pour assurer ces engagements financiers indispensables à la bonne vie de l’école, la présence d’un nombre raisonnable d’enfants élèves est obligatoirement nécessaire. Et ceci sans parler de ce qui fait le dynamisme d'une école, sa fréquentation.

La situation du centre-ville de Quimper  avec comme dans tous les centres-villes,  une démographie en baisse  interroge légitimement sur la pertinence de conserver certains établissements. Ne nous trompons pas, la mise en chantier  d’immeubles de logements rue du Frout ou rue de la Palestine n’est pas de nature à changer la donne. En effet ces logements nouvellement construits en centre-ville s’ils peuvent apporter une clientèle nouvelle  aux commerces,  font venir une population sans enfants. La demande des familles aujourd’hui se situe en effet  au niveau des T5 et à moins de subventionner largement ces constructions, il leur  est malheureusement  plus économique d’acquérir une maison en périphérie qu’un appartement de cette taille en centre-ville. C’est donc  dans l’achat de l’ancien à rénover que les familles trouvent les réponses à un désir de centre-ville mais ce mouvement ne suffit pas à reconstituer une population en âge d’être scolarisée. 

La fermeture de l’école primaire  «  Jules Ferry » et demain de la maternelle  «  des Pommiers »  a priori en forte perte d’effectifs était  donc peut être justifiée et  il appartient dans ce cas à la municipalité en place de faire ses choix et  de les expliquer.

Ce que je reproche  au Maire actuel  ce n’est pas tant de prendre ces décisions de fermetures mais c’est d’avoir tenu, à des fins purement électoralistes et dans le simple  but de déstabiliser la municipalité de Bernard Poignant, des propos inverses lorsqu’il était dans l’opposition (18 dec 2009). Et de ses propos,  j’estime qu’un responsable politique doit rester comptable. La démagogie ne peut en aucun cas tenir lieu de projet politique. La vie publique a besoin de vérité et le « dégagisme » enregistré lors des dernières élections montre à quel point les électeurs n’acceptent plus d’être menés en bateau. Les jeux « politiciens » fatiguent la démocratie et découragent les électeurs.  

La gestion d’une ville n’est pas chose facile et certaines décisions peuvent être douloureuses à prendre. Il y va cependant de la crédibilité des représentants élus par la population d’agir pour le bien commun à long terme. Il leur est demandé  également de trouver les lieux et les mots pour expliquer le sens de ces décisions.

Commentaires

Suis-je un monstre pour avoir éprouvé beaucoup de plaisir lorsque je suis repassé devant mon collège dont il ne restait qu'un tas de gravats ? Suis-je le seul à avoir souffert pendant ma scolarité faite de brimades et d'échecs ? Vive les destructeurs des écoles ! Vive le maire de Quimper !

Écrit par : le ptit quinquin | 31/01/2018

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire