Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

09/09/2018

Quel avenir pour Nicolas Hulot?

D1ED34BC-E728-46F2-941F-58BEC45D08B4.jpegLa  démission  de Nicolas Hulot restera sans doute le fait politique majeur de l’été pour le gouvernement et si la nomination de F De Rugy soulève à contrario si peu d’enthousiasme, c est bien que le symbole est très différent. N Hulot représentait pour les français une caution, tout en sachant qu’ il n aurait pas les coudées franches, il espérait pouvoir faire avancer les dossiers écologiques. Malheureusement après une année de mandat, le bilan reste maigre et N Hulot en est parfaitement conscient. Sa démission devenait donc inéluctable au risque, sinon de discréditer et son image et ses actions hors gouvernement. Par contraste, l acceptation par F De Rugy de reprendre cette délégation à l écologie apparaît comme une manœuvre du chef de l État afin d’avoir à ce poste une personnalité peu connue des Français, toute dévouée à son ambition d’être au gouvernement et par conséquence parfaitement maîtrisée par le pouvoir. Les plus pervers iront même jusqu’à imaginer que la nomination de F De Rugy n à que comme seul objectif de libérer le perchoir de l’assemblée pour y  accueillir Richard Ferrand lui aussi en quête d une place de choix.

Nicolas Hulot a certes subi des critiques. Son train de vie, les hélicoptères, les grosses voitures ont souvent été rappelés et pourtant sans l’ atteindre vraiment. Il reste et les sondages le montrent, une des personnalités préférées des Français. Il y a de la sincérité dans son engagement pour la planète et les gens le sentent. 

Sa démission, si elle a surpris tout le monde n’ a rien à voir avec un coup de tête. Cette fameuse réunion avec le lobby des chasseurs n’est que la goutte qui a fait déborder le vase. Il l’a dit lui même ensuite la différence de logique entre le système économique prôné par ce gouvernement et la nécessité de revoir notre croissance pour atteindre un équilibre écologique constitue un grand écart insurmontable. Les arbitrages se faisant systématiquement au profit du monde économique, il n avait d’autre solution que de quitter le gouvernement pour cesser d’en être la caution. 

La question qui va maintenant être posée à Nicolas Hulot, portera sur la place qu’il  compte occuper sur le terrain politique. Car il paraît invraisemblable qu’après cet épisode au gouvernement, et au vue de sa popularité, il disparaisse de la scène politique.

26/07/2018

Y aurait il trop de places de stationnement à Quimper ..?

                      locmaria.jpg Étonnant pour ne pas dire maladroit ce télescopage entre l’arrivée de la fête foraine sur les parkings allées de Locmaria et la semaine du festival de Cornouaille. Je ne suis, et loin ne s’en faut, pas un accroc des voitures au centre-ville. Je trouve d’ailleurs que la situation ne s’améliore pas malgré les propos du maire en ce qui concerne les stationnements et la circulation intempestive dans les espaces normalement réservés aux piétons du cœur de ville. Mais là je dois dire que je ne comprends vraiment  pas. Habituellement la fête foraine  arrive fin juillet voire début aout. Au moins une semaine après le festival  de Cornouaille. Cette année les deux manifestations se dérouleront simultanément sur des places publiques.

                       Normalement les deux parkings des allées Locmaria accueillent près de 230 places de stationnements. Dans le cadre d’une véritable politique d’aménagements urbains,  cet emplacement au cœur de la ville aujourd'hui entièrement dédié à la voiture, pourrait  être mieux utilisé. Il pourrait, au moins en partie,  mettre en valeur l’Odet et assurer une liaison avenante vers le quartier de Locmaria. Pour cela il faudrait mener une autre politique des déplacements et d’accueil des véhicules en ville, en favorisant le transport publique et les parkings en périphérie. Mais à ce jour cette politique ne semble pas être la préoccupation principale du Maire. Alors quel sens donner à la neutralisation de ces deux parkings pendant un événement festif qui se situe lui aussi place de la résistance?.

 

                       Je m’étonne par ailleurs   du silence de l’association "des vitrines",  qui n’hésitait pas à sortir le carton rouge quand il s’agissait de proposer  une nouvelle politique des déplacements lors du mandat de la précédente équipe municipale. La place st Corentin, la place terre au duc, la Providence autant de projets qui ont amené une amélioration qualitative du centre-ville,  ont vu l'association  « les vitrines » se soulever et le président des halles de l’époque, occuper le parvis  de la mairie pour crier leur opposition.    De là à dire que l’action et la motivation  de cette association dépend essentiellement de  la coloration politique de l’équipe municipale, il n’y a qu’un pas.  

17/07/2018

Magnifique... et dérisoire

 

coupe du monde.jpg       Oui magnifique cette exubérance populaire dans les rues ce dimanche. Bariolés de bleu blanc rouge, le drapeau à la main, la marseillaise du fond de la gorge, ils et elles ont envahi l’espace,  la France était en fête.  Magnifique cette communion ce partage entre les générations entre les classes sociales, entre les sexes aussi et  les filles ont su faire entendre leur voix. C’était la joie partout,  sous ce soleil radieux,  cela faisait du bien.

          Un extraterrestre se serait pointé place du champ de mars  Paris, qu’aurait-il compris  à ce déferlement d’enthousiasme. On lui aurait expliqué que notre équipe de foot nationale venait de faire rentrer  quatre  ballons au fond d’un filet Croates contre seulement deux de leur côté. J’imagine la perplexité de notre ami martien.

Depuis deux jours  les sociologues et spécialistes y vont de leurs explications, mais avouons-le, rien de bien convaincant ne sort de leurs  commentaires. On a même entendu l’un d’entre eux faire le parallèle entre  cette  liesse populaire et les joies de la  libération  en 1945. La fin de six années de guerre, de souffrance de privation, d’horreur ramenée à l’issue d’un jeu de ballon de 90 minutes. Alors peut-être faut-il  simplement, ne  pas chercher d’explication. Ce dimanche est  l’aboutissement d’un mois de conditionnement médiatique qui se termine par ce magnifique  feu d’artifice. Parce qu’au-delà des raisons justes ou pas, il y a le fait ou la fête. C’était la joie, bruyante, parfois extravagante mais sans agressivité,  tous ces gens qui ont plongés dans l’Odet au centre-ville de Quimper, du jamais vu. C’était un vrai moment de bonheur sans doute comparable à celui vécu par le pays en 1998. Il y avait d’ailleurs du 98 dans l’air. Les jeunes à qui depuis 20 ans on rabat  les oreilles avec cette victoire des bleus, black blanc beur  de l’époque tenaient dimanche soir eux aussi leur coupe du monde.

          Un coup d’œil sur le match nous oblige  pourtant normalement à une certaine retenue. Un commentateur disait hier soir, les Croates ont joué au foot, les Français ont gagné le match. Bien  entendu que la formule est excessive, les Français aussi ont joué, simplement qu’il faut bien l’avouer, les Croates ont dominé le jeu. A décharge,  on disait de même du temps de la grandeur de l’équipe italienne ou allemande qui à l’époque savaient faire preuve de réalisme et gagner les matchs. Ce que l'on  retient de cette équipe de France et de cette coupe du monde sera la force de la cohésion. Didier Deschamps a joué tactique et ses gars l’ont suivi. A l’exemple des Griezmann, Giroud ou Mbappé qui ont su venir défendre quand la tempête grondait ou des Varane, Pavard Umtiti qui bien que défenseurs ont été marquer les buts de la victoire.  Les vedettes ont fait leur job comme les autres. Elles ont causé quand il fallait et elles se sont tues le reste du temps laissant la place au foot ball.  

        Dérisoire aussi, sans doute... peut-être  parce qu’éphémère. Les « Le Pen » et consorts se taisent en ce moment mais pour combien de temps ? Quand vont-ils revenir nous seriner que l’immigration est la gangrène de notre pays alors que les acteurs de cette fête sont justement, pour la plupart des produits, de cette immigration. Que ces mêmes acteurs vont retourner dans leurs clubs en Espagne, en Angleterre ... et que l'on va pourtant les retrouver dans deux ans pour la coupe d'Europe. 

         Alors « Carpé diem » le moment est beau,  goûtons le, et  sans modération.   Souvenons-nous  seulement, quand les démons resurgiront de la fange que Pogba nous a  fait vibrer et bien marrer sur le perron de l’Elysée.