Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

17/04/2018

L'obstination parfois, vient à bout de l'ordre établi.

mouton.JPGDifficile de comprendre ...depuis plus de 30 années que cette question d'aéroport chiffonne la région nantaise ... et maintenant que cette question n'en est plus une...il y a urgence à virer les gens qui se sont installés sur ce no man's land. je ne suis pas en train de poser la question de la légalité.. à qui sont les terrains? qui est prioritaire au nom du droit de l'expropriation pour récupérer les parcelles... ma question est juste , y avait il une urgence à tout casser, ne pouvait on prendre un peu de temps pour justement régler ces questions de propriété qui ne sont sans doute pas simples . La démocratie était elle à ce point en danger qu'il fallait y envoyer des milliers de gendarmes pour y faire revenir l'ordre républicain.
C'est un triste spectacle que ces pelleteuses qui écrasent ce qui n'était que des cabanes..construites a mains nues, juste des petits coins visant à protéger une graine originale que des hommes et des femmes voulaient voir grandir, et qui nous aurait peut être donné des idées pour un nouveau modèle de société sachant que le monde s'accorde a dire que celui ci court à sa perte. 
Mais non il fallait tara tata... que ce petit bout d'expérience, ce laboratoire suive les règles administratives (dépôt de dossier en trois exemplaires, analyse des offres, évaluation des business pan...et que sais je.) c'était peut être là le danger, que quelque chose d'autre soit possible... alors les lacrymos ont fait le boulot...
Seulement .. la petite graine elle, elle est coriace et elle repousse... peut être même qu'elle se démultiplie tel un rhizome, de quoi donner de la mi graine à madame la Préfète.

09/04/2018

Les halles de Quimper

 L’avenir des halles de Quimper.

 

28/03/2018

Mais ou sont passées les hirondelles?

hirondelles.jpgDans le Télégramme de ce matin un article d'une demie page,  sur un outil mis en œuvre par la société  « locarmor » pour arracher la végétation centrale sur la N 165. Ainsi donc on va supprimer ce qui faisait une des originalités de nos autoroutes bretonnes à savoir cette haie centrale. La DIR ouest se satisfait de la solution qui consiste à remplacer la végétation par du bitume. Bien entendu le bitume une fois posé nécessite moins d’entretien.  On peut aussi supprimer les espaces verts en ville, dans les quartiers toujours au nom des économies de fonctionnement et d’un autre coté pleurer officiellement sur la perte de biodiversité.

   Nicola Hulot s’est lamenté mardi dernier du peu d’échos que sa proposition visant justement à s’engager pour sauver cette biodiversité qui disparait peu à peu.

"Je vais vous présenter un plan biodiversité dans les semaines qui viennent qui va succéder à la stratégie nationale pour la biodiversité mais, très sincèrement, tout le monde s'en fiche, à part quelques uns. Je veux un sursaut d'indignation", a fulminé Nicolas Hulot devant l'Assemblée nationale" 

    Pour nos enfants,  c’est le journal qui demain annoncera le printemps, les hirondelles auront disparues.  Un récent rapport de l’Observatoire National de la biodiversité fait état d’une perte de près de 25 % des oiseaux de nos jardins entre 1990 et 2015. Cette perte irait même jusqu’à 50% en ce qui concerne les chauves-souris mais tout le monde s'en fiche des chauves-souris. Et je ne parle pas des abeilles  qui en plus des pesticides largement rependus doivent en plus se prémunir contre les frelons asiatiques importés accidentellement dans notre région.  

 Alors continuons à disperser les pesticides, à supprimer les haies, à artificialiser nos champs et prairies,  il nous restera toujours les vidéos animalières  pour montrer à nos petits-enfants ce qu’était un nid, un vol d’hirondelles, une salamandre….