Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

23/08/2016

le temps et l'éducation pour venir à bout de l'obscurantisme.

           En cette fin d’été le débat qui  semble passionner le monde politique… faut-il ou ne faut-il pas prendre des arrêtés contre le port du burkini ?   De mon point de vue, ces arrêtés sont de bien belles bêtises. Et en l’occurrence le premier Ministre aurait été bien inspiré de tenir sa langue plutôt que d’approuver les Maires ayant pris ces fameux  arrêtés. D’une part,  je ne vois pas où ces arrêtés  puisent leur légalité. En effet, quel Maire  oserait prendre un arrêté contre le port de la soutane ou contre le voile d’une religieuse. Il s’agit donc bien là d’une discrimination à caractère religieux.  D’autre part, les arrêtés sont une formidable publicité pour celles qui portent ces tenues et qui  deviennent ainsi,   les porte-drapeaux d’un conservatisme réactionnaire.

              Et c’est bien là qu’est le problème. Depuis une quarantaine d’années les femmes en conquérant la maitrise de leur fécondité ont dans le même temps gagné petit à petit  la liberté de leur corps. C’est par opposition à cette libéralisation conquise de haute lutte par les femmes que  le burkini signe une véritable régression. Il signifie, par provocation mais aussi de manière insidieuse  un assujettissement au fait religieux.  Non ce n’est pas neutre,  ces femmes qui par conviction ou par obligation se voilent le visage, se cache le corps.  

             Une fois ceci énoncé, et refusant les arrêtés,  que peut-on mettre en œuvre  avec une chance de réussite,  pour lutter contre cette régression sociétale issue d’une pratique religieuse rigoureuse et discutable. La preuve est faite depuis la loi contre le voile islamique que la batterie d’interdiction n’est d’aucune efficacité, voire elle  renforcerait le fait contre lequel elle est  censée lutter. Alors au risque de choquer, j’ai envie de dire qu’il faut ou qu’il suffit peut être  de laisser au temps le soin de faire son travail. Pourvu que l’on donne à l’éducation les moyens d’éveiller toutes les femmes et tous les hommes à la connaissance qui conduit à briser les chaines de l’obscurantisme et à libérer les consciences des emprises sectaires.  

            Il n’y a pas si longtemps,  une soixantaine d’années, une femme d’ici qui avait mis au monde un enfant, devait, si elle était pratiquante demander pardon au curé du village avant de pouvoir entrer dans son église. Le temps aidé par l’éducation  a aboli ces pratiques dégradantes  qui étaient présentes dans  la religion catholique. Il en fera de même en ce qui concerne la religion musulmane… c’est du moins ce qu’il nous reste à espérer.  

09/08/2016

L'aéroport de Quimper a t-il un avenir?

Chacun y va de son couplet concernant le fonctionnement de l’aéroport de Quimper. Chacun y va de son couplet mais en prenant garde de ne pas avoir les mots qui  fâchent. Pour les uns,  c’est la faute à l’avion à hélice si la baisse de la fréquentation se chiffre a   – 10%. Pour les autres c’est la faute à Hop (filiale de « air France ») qui ne s’y prendrait pas autrement s’ils voulaient fermer la ligne. Personne ne semble se poser la vraie question à savoir : un aéroport tel que celui de Quimper (Pluguffant) et ses 90 000 passagers,  est-il économiquement viable à moins de 80 km de Brest ( Guipavas) et son million de voyageurs.

Le discours des responsables économiques et politiques  n’a pas varié depuis plus de 20 ans. Répétant inlassablement dans la logique de Coué, « l’aéroport est indispensable au développement de notre territoire.. ». Pourtant  le monde change, la répartition territoriale des emplois obéie à de nouvelles logiques moins centralisatrices qu’a une époque, internet,  la télécommunication évitent des déplacements  et une prise de conscience vis-à-vis de la planète et de  la nécessaire limitation de nos consommations,  s’installe petit à petit dans l’esprit des gens. Alors a-t-on besoin d’avoir 4 aéroports (Brest, St Brieuc, Lorient et Quimper) dans un espace si rapproché. La question mérite au moins  d’être posée.

 On voit tout de suite que Brest de par sa puissance (1 millions de voyageurs) et lorient du fait de la présence de la base aéronavale de Lann bihoué   ont des atouts en leur faveur. Mais Quimper et st Brieuc qui constatent,  année après année une baisse de leur fréquentation doivent s’interroger quant à leur avenir,  du moins en ce qui concerne une ligne régulière vers Paris. Ne vaudrait-il pas mieux améliorer les liaisons train et bus entre Quimper et  Brest  afin d’assurer à ceux qui le souhaitent, un aller et retour vers Paris via Guipavas   dans la journée.   

Alors c’est vrai, de dire simplement cela, c’est déjà être considéré comme un traitre à la Cornouaille. Un peu comme si une compétition avec  la cité du Ponan  nous imposait de posséder les mêmes infrastructures au nord et au sud du département. Alors que l’heure est à l’efficacité économique et à la mutualisation des moyens.  La région brestoise,  de par son statut de métropole, s’impose de plus en plus dans l’ouest breton. La Cornouaille avec Quimper  sa capitale administrative,  riche de diversité,  entre la mer et la terre a réellement une carte à jouer,  à condition de rechercher une large complémentarité sans vaine concurrence  avec  Brest.  

31/07/2016

Une nomination incompréhensible.

           Je trouve les hommes politiques de droite particulièrement mauvais dans leurs critiques du gouvernement suite aux différents attentats des dernières semaines. Entre Rambo qui préconise le bazooka pour faire sauter les camions et celui  qui pense que le droit est une entrave à l’action, il n’y en a pas un pour sauver l’autre.

      Je pense donc que ces éminents hommes politiques  seraient bien inspirés  de faire preuve d‘humilité  dans leurs  commentaires. Pierre Desproges savait résumer ceci en une phrase « Il vaut mieux (parfois)  se taire et paraître bête, plutôt  que de causer et de le prouver ».

             Il est un sujet,  par contre ou l’attitude du gouvernement et en particulier de son chef  défie le bon sens, le bon goût et que sais-je encore. Certains trouveront que ce n’est qu’un détail. Ils auront raison mais c’est aussi un symbole et gardons-nous d’agir avec désinvolture quand il s’agit des symboles.   Je veux parler de la nomination de l’ex leader de la CGT au poste de responsable de « l’agence de la langue française pour la cohésion sociale ».

            Cette agence a sans doute  raison d’être. En effet  personne ne peut nier l’existence d’une véritable fracture liée à la non maîtrise de la langue française sur le territoire national. Trouver les moyens à mettre en œuvre pour y remédier relève du bon sens,  mais…. Car il y a un « mais ». Nommer celui- là même que les militants de la CGT ont écarté du poste de délégué national,  du fait de son attitude on ne plus discutable par rapport à l’argent,  est une faute politique..  Deux épisodes ont suffi à discréditer définitivement ce Monsieur : le versement d’indemnités hors norme lors de son départ de la CGT Basse-Normandie et le coût de la rénovation de ses bureaux et appartements lors de sa nomination nationale.

            Que ce Monsieur soit compétent en ce qui concerne la lutte contre l’illettrisme, pourquoi pas ? mais il y en a des milliers de gens compétents dans ce domaine. Qu’est ce qui peut justifier que le Premier Ministre choisisse justement celui dont les casseroles résonnent encore  nationalement. Les commentaires vont bon train sur « le retour d’ascenseur »  sur «  le recasage, de fin de règne ». Et objectivement, ces commentaires acerbes  sont justifiés. C’est à n’y rien comprendre. Ou alors on serait en face d’une stratégie à long terme et ne nous aurait rien dit. Une stratégie subtile,  qui consisterait pour le Premier Ministre, à placer des éléments douteux, genre bombe à retardement,   à des postes de responsables  et  qui  resteront en place  dans le cas d’un retour de la droite.  

             On rigole, on se moque mais quand même une question se pose:  comment en est-on arrivé à ce degré de nullité de la part de responsables,  réputés  intelligents,  qui sortent tout droit de l'ENA. Mais en fait, c'est peut être l'ENA  qui déconne.