Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

10/02/2023

la Maire En mode projet.

Une cérémonie des vœux en mode projet cette année à Quimper. Isabelle ASSIH a laissé paraître en toute simplicité, le plaisir qu’elle trouvait à imaginer la ville, à donner une dynamique au territoire de Quimper Bretagne Occidentale. Dans la foulée elle a, sans fausse pudeur,  dit clairement qu’elle souhaitait poursuivre son action au-delà de l’ actuel mandat. La droite locale, l’ancien maire en tête,  semble s’en offusquer. Comme si les futurs candidats de cette droite étaient pris de court.

Franchement, au-delà des jeux de scène dont nous a habitué l’ancien Maire, qui pouvait douter de cette volonté sereine d’Isabelle ASSIH  de continuer son action. Elle a su rassembler, au-delà des partis politique, des personnes de gauche investies dans la cité qui peinaient à se retrouver.  Apres  3 années de mandat, elle a su garder la cohésion d’un groupe qui pour une bonne  partie découvrait la vie municipale. 

On peut comprendre que l’annonce de ce désir affiché et assumé de poursuivre l’action puisse perturber la droite Quimpéroise. Car cette petite phrase lance effectivement dans ses rangs la course à la candidature. Entre l’ancien Maire  qui sans l’avouer  ne cache pas son intention d’en découdre et ses «  amis » qui au fil des conseils municipaux ne cessent de lui disputer  le « leadership » de l’opposition, la bataille risque d être féroce. Et de cela, justement La Maire, portée par l’élan de son engagement, à montré qu’ elle n’en a  que faire. Elle trace sa route simplement, sans excès, sans provocation, sereinement et il y a fort à parier que cela plaise aux Quimpérois.

 

 

19/01/2023

J'y serai...

 

28/11/2022

Construire une majorité ecolo...

tondelier.jpgIl aurait été bien difficile pour un non initié de trouver des divergences fondamentales entre les différentes motions présentées au Congres décentralisé de EELV et pourtant une motion arrive très nettement en tête, frôlant même la majorité absolue. C’est dans la méthode pour arriver à créer une majorité culturelle autour de l’écologie que l’on constate les différences. Il y a ceux qui souhaitent un rapprochement avec l’extrême gauche, excluant la sociale démocratie et ceux qui au contraire se démarquent de l’extrême gauche afin de poser les fondations d’un large rassemblement. C’est ce rassemblement qui seul peut amener un changement de nos comportements dans le respect de la démocratie. Les militants se sont exprimés, ils ont choisi le chemin de la construction. Convaincre en s’appuyant sur l’expérience et l’engagement des élus locaux. Construire en posant brique après brique les bases d’un projet alliant la radicalité imposée par la dégradation de la biodiversité sur la planète et la nécessité d’une justice sociale. Cette justice sociale indispensable pour rendre la construction acceptable pour tous ceux dont les fins de mois sont compliquées. On ne changera pas la société ni en la brutalisant ni en l’invectivant. Les écologistes de EELV ont du pain sur la planche pour transformer cette empathie pour les sujets liés à l’environnement, en majorité politique seule à même de faire démocratiquement les choix pour l’avenir. Une chose est certaine, c’est une femme qui aura, en tant que secrétaire nationale, la responsabilité de mener ce travail chez les Verts. Les six motions en lice présentaient en effet toute une femme en tête de liste

Daniel Le Bigot