Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

27/01/2018

L'instant T mardi 23 janvier

Le mardi 23 janvier j'étais l'invité politique de L'instant T à Tébéo. Notre-Dame-des-Landes, politique migratoire de la France, écologie politique, tels ont été les sujets abordés.

 



17/01/2018

Une décision de bon sens.

NDDL.jpg   Apres plus de 30 années de lutte, de décisions prises puis reportées, de procédures  engagées devant les tribunaux,    le gouvernement vient de mettre un terme à cette situation qui n’en finissait plus d’empoisonner le débat politique national. L’aéroport de notre Dame des Landes ne se fera pas, la solution sera donc  un réaménagement de l’actuel aéroport de Nantes Atlantique.

   Pour les écologistes, c’est la bonne solution. Et  c’est vrai que l’on commençait à y croire. On se disait que si Nicolas Hulot, fermement opposé à notre Dame Des Landes,  avait accepté de devenir Ministre, c’est qu’il avait eu des assurances en la matière.

        La décision prise est  de raison. Bien entendu des voix vont s’élever, évoquant  un déni de démocratie suite aux différents votes des assemblées locales et au résultat du référendum (dont nous avons contesté la circonscription de meme que l'absence de proposition alternative) . Mais cet aménagement, pensé à une autre époque, n’avait plus aucun sens depuis la conférence de Paris sur le climat. La France se met donc ainsi en conformité avec ses engagements internationaux et c’est une bonne chose.           L’abandon de ce projet, qui entamait un vaste territoire de terres agricoles,  ne résoudra cependant  pas tous les problèmes. Le rallongement de la piste actuelle ou un changement de son orientation va certainement engendrer d’autres nuisances pour les riverains. Il appartient maintenant aux avionneurs de mettre au point des engins moins bruyants et surtout moins consommateurs d’énergie.   Les déconvenues du  « joyau d’airbus », l’A380 montre bien les limites d’une stratégie uniquement basée sur la croissance du transport aérien. Les promoteurs du super jumbo avaient parié sur un encombrement massif de l’espace aérien par la multiplication des appareils de moyenne capacité. Il n’en est rien et l’aventure de l’A380 pourrait bien se terminer rapidement  si la compagnie « Emirates »  ne lance pas prochainement  une commande supplémentaire de quelques dizaines d’appareils.

            Reste  à gérer  sans douleur la question de la ZAD et surtout l’avenir de cet espace emblématique qui mérite de trouver une destination en accord avec les engagements de la France concernant le dérèglement climatique. Il ne faudrait surtout pas que pour tenter de de se faire pardonner par les furieux partisans du projet d’aéroport, le gouvernement confie au Ministre de l’intérieur Gérard Colomb le soin de régler ce qui pourrait alors  se révéler être un épineux dossier.   

27/12/2017

"les vitrines" contre une animation populaire du centre ville ?

xcorrida.JPG     Elle est  désolante  cette réaction "des vitrines".  l’association des commerçants du centre-ville  de Quimper  qui s’opposent à la tenue de la course « la corrida » dans la ville le soir du 30 décembre.  Cette course animera la ville entre 19h et 22h à l’heure ou les commerces seront  fermés.  Les participants qui viendront en voitures  arriveront vers 18h 19h. A cette heure là ,  les clients des commerces  auront pour une partie  quittés la ville et  ceux qui resteront sur place, le feront pour assister à la course.  A l’occasion, ils jetteront un œil sur les devantures des vitrines,  quitte à revenir dans la semaine y effectuer leurs achats.  Difficile dans ces conditions d’argumenter  sur le fait que les participants à la course seraient comme le disent "les vitrines" «  des consommateurs de places de stationnement ».

     Par ailleurs il est temps que les commerçants du centre   se rendent compte    que la ville n’est pas un centre commercial.  C’est aussi un lieu de rencontres  et d’animations. Que ces rencontres participent à l’activité commerciale est certes une bonne chose, personne ne s'en plaindra,  mais ce n’est pas leur objectif principal. Une ville vit aussi de ces moments forts qui rassemblent ses habitants et ceci bien au-delà les populations de Cornouaille. L’illumination de la façade de la cathédrale et des rues du centre est en ce sens un très bon exemple.

     Il est heureux que la municipalité n’ait pas cédé  à ce courrier pour le moins malvenu à l’initiative « des  vitrines » demandant le report de cette manifestation. Une association sportive comme  l’ULACQ faite de bénévoles se décarcasse pour animer,  avec ses moyens,  la ville et ainsi donner aux sportifs l’occasion de se rencontrer et  pour les plus rapides de se mesurer. Cette implication dans la vie de la cité mérite d‘être saluée  et encouragée.