Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

22/08/2017

Une femme Maire de Quimper pour 2020.

Dans l'interview livrée au Télégramme de ce jour (20 aout interview.pdf) j'énonce en fin d'article qu'il me semble nécessaire qu'aujourd'hui, une femme prenne l'initiative de porter un projet humaniste, écologique pour Quimper 2020. Je reviens un  peu sur ce point...

pourquoi une femme?

Il ne s'agit pas de faire dans le politiquement correct ou simplement de se mettre dans l'air du temps  mais bien  de prendre en compte que la ville de Quimper a toujours été dirigée par des hommes. Non  qu'ils n'en soient pas capables, certains ont montré beaucoup de talent, d'autres moins, mais la réalité est que  la population étant constituée à part a peu égale de femmes et d'hommes il n'est pas normal qu'a chaque fois ce soit un homme qui sorte du chapeau.

 La loi du 6 juin  2000 sur la parité  induit de fait  une discrimination, c'est vrai que, parfois à l'application de cette  loi,  des hommes compétents ont du laisser la place à des femmes qui l'étaient moins,et alors! Depuis combien de temps des femmes compétentes regardent passer le pouvoir d'agir parce qu'a chaque fois la logique impose un homme pas forcément mieux armé pour la fonction. Et par cet effet, alors que nos instances municipales comportent autant d'hommes que de femmes,  les instances communautaires désignées au deuxième niveau sont constituées essentiellement d'hommes à savoir de Maires. Or ce sont souvent à ces instances de deuxième niveau que reviennent aujourd'hui les réelles capacités à agir sur le quotidien des gens.

Depuis la loi imposant la parité dans les instances élues au suffrage universel, les femmes ont démontré, s'il le fallait, qu'elles étaient aussi capables d'animer et de mener les débats que les hommes. Elles ne sont pas  meilleures, elles ont elles aussi leurs faiblesses et c'est vrai qu'on leur pardonne moins qu'a leurs collègues masculins les écarts et les erreurs. Mais elles se sont imposées comme citoyennes à part entière.

Il est donc temps, pour rétablir un équilibre  au niveau de l’exécutif de décider, de manière arbitraire, certes, que c'est une femme et il y en a de compétentes et capables,  qui conduira un projet alternatif à celui que présentera l'actuelle majorité. 

 

 

28/07/2017

le gouvernement préfère s'en prendre aux moins riches.

APL.jpgC’est un fait, avec  la baisse de 5 euros des APL,  le gouvernement « fait les poches » des plus pauvres. Ceci est d’autant plus choquant que dans le même temps, il  prépare pour les riches,  une suppression partielle de l’impôt sur la fortune ( l’ISF). Il semble que cette proposition de baisse des APL   soit assez largement partagée chez les députés « En Marche ». Une député R E M s’est ainsi  autorisée à dire «  si a 18 … 20 ans vous commencez à pleurer pour 5 euros.. Qu’est-ce que vous allez faire de votre vie ? »  On croit rêver en  entendant  de telles bêtises.  C’est vrai que  pour un fumeur cela représente, par mois,  un paquet de cigarettes en moins, à condition qu’il puisse s’en passer,  mais pour d’autres  personnes en grande difficulté c’est le prix de  deux repas et dans certains cas, c’est deux repas qui manqueront en fin de mois.

 Si le but est de retrouver du cash pour l’Etat , on se demande pourquoi il se limite  à une baisse de 5 euros.  Avec 10 euros l’Etat gagnerait le double soit près d’un milliard par an.    Ils pouvaient même faire encore mieux en supprimant tout simplement les APL, soit un gain de 8,5 milliards d’Euros. Et pourquoi s’arrêter en si bon chemin, il y a encore 8,5 milliards à récupérer en supprimant l’allocation  « adulte  handicapé » ou "l'allocation rentrée scolaire"..  Ce raisonnement est bien évidemment stupide et dangereux  car il remet en cause la fonction redistributive et solidaire de l' Etat qui reste le fondement même de la solidarité nationale.  

Le Ministre de la cohésion des territoires argumente que les APL jouent un rôle dans la montée du prix des loyers. Certains bailleurs n’hésitant pas à forcer le montant des loyers sous prétexte que l’APL permettra à l’allocataire d’honorer le paiement. C’est effectivement une vraie question et elle ne concerne pas seulement le logement mais systématiquement toutes les aides. A une époque les vendeurs de voitures en proposant une reprise sur les anciens  véhicules ont augmenté quasiment d’autant le prix de la voiture neuve. Il en était de même quant aux installations solaires, se basant sur un prix de rachat garanti du courant, les installateurs faisaient payer le prix fort l’investissement. Ce n’est donc pas le principe de  l’ APL, c’est-à-dire l’aide aux personnes qui en ont besoin,  qu’il faut remettre en cause. On le sait, dans ces proportions, les loyers n’iront pas  à la baisse. C’est donc une véritable politique d’encadrement de ces loyers qu’il faut mettre en œuvre. C’est vrai qu’ une telle politique est très difficile à mener  car les propriétaires de logements forment un groupe de pression extrêmement efficace. L’autre solution si l’Etat refuse d’être  dirigiste dans ce domaine c’est de prendre les bailleurs privés à leur propre jeu du marché en renforçant le nombre de logement dans le parc public sur lequel l’Etat maîtrise et les aides et les loyers. Ainsi la mise sur le marché,  de logements locatifs publics de bonne qualité et en nombre conséquent aura  inévitablement une incidence sur le niveau des loyers dans le parc privé.

Ce n’est donc pas une mesure de boutiquier que l’on attend du gouvernement Macron mais une véritable réforme de fond avec une vraie ambition sociale. Il en a les moyens en ce début de mandat. En a-t-il seulement la volonté?

25/07/2017

Une étude coûteuse et inutile

Une étude coûteuse et inutile de Quimper Bretagne Occidentale afin évaluer le besoin en terme de taille de conteneur individuel pour les ordures ménagères