Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

16/01/2022

Pourquoi une candidature unique à gauche n'a pas de sens aujourd'hui.

gauche droite.png
_________________________________
Le débat politique est depuis très longtemps organisé dans notre pays et de manière générale dans le monde autour du clivage droite gauche. En simplifiant, ce débat politique est alimenté par la scandaleuse et insoutenable répartition des richesses qui fait que les pauvres luttent contre les riches pour survivre, les opprimés contre les oppresseurs pour vivre, les exploités contre les exploiteurs…
Depuis les années 70 une autre ligne s’est glissée progressivement dans le débat politique. Il ‘agit de la préoccupation liée à l’environnement. Petit à petit cette préoccupation gagne du terrain et elle devient aujourd’hui une véritable ligne politique qui tend à réorganiser le classique débat droite gauche. Les enjeux liés à la fin du monde ne s’opposent pas aux enjeux de la fin du mois mais ils deviennent prioritaires tout simplement parce qu’ils conditionnent la vie de l’homme sur la planète. Le débat autour de la taxe carbone qui a été à l’origine des gilets jaunes est très significatif de cette situation et montre la difficulté à faire bouger les choses. Il ne s’agit pas objectivement de sauver la planète, elle se débrouillera très bien sans nous mais de garder possible, à terme, la vie des hommes sur cette planète.
L’alternative aux droites libérales, conservatrices et radicales ne se trouvera donc plus dans la gauche classique, qu’elle soit extrême, socialiste ou communiste mais dans une écologie sociale portant la question des conditions d’une vie sur la planète, du maintien de la biodiversité, de la gestion raisonnée des ressources comme un préalable à toute autre forme de revendication.
Partant de ce constat, il était tout simplement impossible de trouver en quelques mois une candidature qui aurait permis de rassembler le gauche et les écologistes. Un exemple évident est aujourd’hui le fossé entre la position de l’écologiste Yannick Jadot et la défense du nucléaire revendiquée entre autre par le Parti Communiste. .
Le scrutin de la présidentielle ne laissera sans doute que peu de chances à un candidat de gauche, qu’il soit écologiste, socio-démocrate ou productiviste. L’enjeu est donc pour nous écologistes, de faire en sorte que Yannick Jadot soit en tête des candidats progressistes du premier tour et si cela ne suffit pas pout être présent au second tour, cette position lui permettra d’être l’architecte d’un projet qui nécessitera du temps pour aboutir mais qui sera la condition pour fédérer une alternative à la droite et à l’extrême droite. A défaut de ce projet à venir, un accord politique apparaitra aux yeux des Français comme ce qu’il est, à savoir une stratégie purement électorale afin d’obtenir le pouvoir avant de se déchirer dans la manière de l’exercer.

04/11/2021

Le nucléaire ne peut pas être une solution.

 

27/09/2021

Jadot...évidemment !

 
jadot le bigot.jpg
Le deuxième tour des primaires chez les écologistes est engagé.. Jamais je pense une désignation interne n’aura autant intéressé l’opinion public. L’enjeu est donc d’importance.
Je viens de voter. Je n’ai pas voté pour une élection interne, pour le porte parole de Verts ni pour le secrétaire général EELV, J’ai voté pour désigne

r le candidat des écologistes à l'élection présidentielle de 2022. J'ai voté pour celui que je pense être le plus à même de rassembler les suffrages des Français lors du premier tour de ces élections présidentielles. Que le dimanche soir de la présidentielle, le score des écologistes soit de 3% ou de 15% changera la donne pour les années à venir. Et je ne vous dis pas si notre candidat est qualifié pour le second tour, tous les espoirs seront alors permis.

Je ne m’interroge pas à savoir lequel des deux candidats est l’écologiste le plus radical, Ils porteront de toutes manières l' un comme l’autre le projet des écologistes. Par contre je me suis posé tout simplement la question, suite aux différents débats, lequel des deux candidats me semble le plus à même de rassembler un maximum de voix au premier tour des présidentielles. Et de ce point de vue, il n y a, à mon sens pas photo. Sandrine a choisi pour exister médiatiquement de cliver les électeurs de la primaire.. et elle y a parfaitement réussi, sa campagne a été remarquable. Yannick a choisi de ne pas livrer bataille, d’apaiser , de rassurer. Cette attitude consensuelle lui a certainement coûté des voix en interne. C’est pourtant celle qui va payer lors de l’élection présidentielle auprès de l’ensemble des Français.
Vous l’avez compris, j ai voté Jadot. Mais je retiendrai l'excellente campagne menée par Sandrine ainsi que par Éric et Delphine… rien a regretter, les écologistes ont été remarquables… continuons!