Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

30/09/2017

Merci qui !

 

   usine.jpg        Souvenez-vous, lors du dernier conseil communautaire, j’étais intervenu à propos de la  délibération concernant un marché public portant sur  une étude dont le but consistait à savoir si les foyers quimpérois souhaitaient obtenir un conteneur plus grand dans le cadre d’une seule collecte hebdomadaire des déchets. Je m’étais alors insurgé contre le coût de cette étude …350 000 euros  pour une utilité pour le moins discutable. En fait  c’est surtout contre  l’opportunité d’une telle enquête que je m’étais prononcé. Le Vice-Président avait d’ailleurs précisé  qu’a raison de 30 mn par rendez-vous pour 24000 usagers, le travail représentait 12000 heures, cela faisait du 30 euros de l’heure. J’avais alors proposé un courrier ou un appel par la presse pour obtenir la même information auprès des foyers de Quimper. A l’époque la majorité du conseil avait fait bloc pour défendre la cohérence de cette étude. Seuls Brigitte Le Cam et moi-même nous étions opposés.

               Petit coup de théâtre au conseil communautaire de hier soir (28sept) à propos d’une autre délibération sur un autre marché à propos des poubelles, je fais un peu « l’âne pour avoir du foin » et le Président déclare solennellement « exit l’étude précédente , inutile et trop chère ». « La ville va procéder par envoi d’un courrier, cela va coûter quelques milliers d’euros au lieu des 350000 e ». Je n’ai pas pu alors  m’empêcher de faire entendre ma voix par un «  merci qui ? » qui a eu le mérite de bien faire rire l’assemblée. 

                 Le Président tout en louant  le travail des services,  a convenu qu’il y avait eu un problème dans la procédure et que cet appel d’offre n’aurait pas dû arriver au conseil.  Donc amende honorable, et ce n’est déjà pas si mal de savoir  reconnaitre ses erreurs. Ceci dit et je le répèterai ce sont les élus qui doivent initier les politiques, les services étant là pour les rendre effectives et non pas l’inverse. Le choix de faire ou pas une étude ou  une enquête incombe complètement aux élus et il y a eu manifestement une inversion des rôles.

            Le vice-président en charge du dossier s’est péniblement justifié, (en fait c’est lui normalement  qui aurait dû être aux manettes)   sur le thème  que le passage à une collecte risquait  de poser des problèmes aux familles qui pourraient en fait  de ne plus avoir assez de place pour leurs déchets. Là encore les bras m’en sont tombés. Si  l’on mène une véritable politique de réduction  des déchets, on incite  au tri et on limite le recours facile à la poubelle grise. La réduction du nombre des collectes va dans ce sens mais alors on n’augmente pas la taille des poubelles, sinon l’effet sera nul.  

            Cette affaire de marché ouvert puis abandonné  donne au moins deux indications importantes. La première est que le système de prise de décision est pour le moins perfectible et la deuxième est qu’au-delà du discours, le vice-président en charge des Ordures Ménagères a encore du chemin à faire en matière de réduction des volumes. D’un autre côté, étant Président du syndicat chargé de l’incinération, et pour des questions budgétaires,  il ne voit peut être pas l’intérêt de pousser à la réduction de sa matière première.

Commentaires

daniel dit
" Le choix de faire ou pas une étude ou une enquête incombe complètement aux élus et il y a eu manifestement une inversion des rôles."

je pense que vous devriez rectifier ce point.
les élus actuels demandent des études souvent d'ailleurs pour au final reporter ou arrêter des travaux.

le contribuable que je suis apprécie que le maire ait fait machine arrière tout comme la découverte de la redevance de l'usine de biogaz ( je precise a Erwan que je l'ai ecrit en direct sur la messagerie du maire)

je pense que les conseils de quartiers pourraient aussi être des interlocuteurs sur ces points ou sur d'autres

par exemple on a vu apparaître les cameras alors que tout le monde policiers compris savant ou sont les dealers.
etait ce nécessaires (on a pas la rue de la soif a quimper)

Écrit par : philig | 03/10/2017

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire