Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

26/07/2018

Y aurait il trop de places de stationnement à Quimper ..?

                      locmaria.jpg Étonnant pour ne pas dire maladroit ce télescopage entre l’arrivée de la fête foraine sur les parkings allées de Locmaria et la semaine du festival de Cornouaille. Je ne suis, et loin ne s’en faut, pas un accroc des voitures au centre-ville. Je trouve d’ailleurs que la situation ne s’améliore pas malgré les propos du maire en ce qui concerne les stationnements et la circulation intempestive dans les espaces normalement réservés aux piétons du cœur de ville. Mais là je dois dire que je ne comprends vraiment  pas. Habituellement la fête foraine  arrive fin juillet voire début aout. Au moins une semaine après le festival  de Cornouaille. Cette année les deux manifestations se dérouleront simultanément sur des places publiques.

                       Normalement les deux parkings des allées Locmaria accueillent près de 230 places de stationnements. Dans le cadre d’une véritable politique d’aménagements urbains,  cet emplacement au cœur de la ville aujourd'hui entièrement dédié à la voiture, pourrait  être mieux utilisé. Il pourrait, au moins en partie,  mettre en valeur l’Odet et assurer une liaison avenante vers le quartier de Locmaria. Pour cela il faudrait mener une autre politique des déplacements et d’accueil des véhicules en ville, en favorisant le transport publique et les parkings en périphérie. Mais à ce jour cette politique ne semble pas être la préoccupation principale du Maire. Alors quel sens donner à la neutralisation de ces deux parkings pendant un événement festif qui se situe lui aussi place de la résistance?.

 

                       Je m’étonne par ailleurs   du silence de l’association "des vitrines",  qui n’hésitait pas à sortir le carton rouge quand il s’agissait de proposer  une nouvelle politique des déplacements lors du mandat de la précédente équipe municipale. La place st Corentin, la place terre au duc, la Providence autant de projets qui ont amené une amélioration qualitative du centre-ville,  ont vu l'association  « les vitrines » se soulever et le président des halles de l’époque, occuper le parvis  de la mairie pour crier leur opposition.    De là à dire que l’action et la motivation  de cette association dépend essentiellement de  la coloration politique de l’équipe municipale, il n’y a qu’un pas.  

Commentaires

Moins de places de stationnement pendant le Cornouaille pour montrer qu'il faut ouvrir d'autres parkings comme percer le Frugy ou couvrir l'Odet ?
Machiavel serait-il à l'hotel de ville de Quimper :D

Écrit par : vaenbus | 26/07/2018

Répondre à ce commentaire

Ne croyez pas que les Vitrines de Quimper se sont réjoui de la perte de ces 200 places de parkings. Elles ont probablement été autant étonnées que vous ou moi.
Les motivations des décideurs à la mairie restent une énigme, un mystère. J'y vois une erreur, une faute contre l'accueil des visiteurs, comme tout le monde.
Non, Quimper n'a pas trop de stationnements. Je passe mon temps en circulant en ville à renseigner, ou essayer d'aider les touristes perdus, qui n'y comprennent rien, qui ne savent où aller, qui trouvent trop cher (35 euros pour 2h30 à la providence !!! merci monsieur le bigot d'avoir mis en payant limité à 2 h, et dommage que la municipalité actuelle n'a pas compris qu'il fallait arrêter cette taxation des visiteurs limitée à 2 h incompréhensible et ridicule). Je suis même étonné qu'il y ait autant de monde en ville. Je me demande à combien de kms ils sont allé se garer pour avoir le droit d'accéder au centre ville. Quelle image dégradée ils doivent avoir de notre accueil.
Bref, les effets de la suppression de plus de 700 places gratuites à la Providence par une ex-municipalité dogmatique (qui ne demanderait qu'à reprendre son travail de suppression de places de stationnement), n'a pas fini de faire des dégâts. Les chiffres du commerce de juillet sont là, il y a baisse, malgré le beau temps. On invoquera toutes sortes de raisons.(coupe du monde, trop chaud pour la ville, etc...)
Mais pour moi, la première des choses, est l'accueil des visiteurs, qu'ils aient envie de revenir, qu'il parlent de Quimper en bien. Et quand cela commence par une galère pour se garer ou une contredance, désolé, ce sont des personnes qui ne feront qu'une mauvaise publicité et qui ne reviendront pas de sitôt. Quand les élus de tous bords auront compris cela, avant de vouloir satisfaire leurs egos, ou de ne voir que les "recettes" pour le budget de la ville, on avancera enfin.
La municipalité actuelle fait une erreur en ne prenant pas en compte les problèmes de stationnement à leur juste valeur, et elle en payera peut-être le prix aux futures élections, mais je dois dire tout de même que le pire serait le retour d'une équipe aussi peu à l'écoute des citoyens motorisés (90% de la population), que l'équipe précédente.
Qu'on le veuille ou non, dans 30 ans, la majorité de nos concitoyens continueront à circuler par des moyens individuels, en voiture pour l'immense majorité, même si l'électrique prendra le dessus. Donc il faut pouvoir les accueillir et leur faciliter la vie.

Ou alors rester enfermé dans ses dogmes, en croyant qu'il suffit d'imposer à ces citoyens ignorants, pour sauver le monde.

Écrit par : erwan | 31/07/2018

Répondre à ce commentaire

Livret "la pollution automobile pour les verts" pour lutter contre les idées reçues
(idées reçues que j'appelle "dogme" dont monsieur Le bigot se fait un ardent défenseur
depuis des années, au point d'en avoir fait son ADN)
_________

Lutter contre «le langage de la peur»

Les auteurs de ce livret estiment que «l’automobile n’a jamais été autant diabolisée qu’aujourd’hui. Elle est devenue l’unique responsable de tous les maux, notamment sur le plan de la pollution». Et pourtant, il y a bien d’autres sources nocives qui sévissent dans la capitale. «Nous avons souhaité répondre par le travail et par les études pour dénoncer les mensonges des partisans du langage de la peur d’un air devenu irrespirable. Oui, la qualité de l’air est en constante amélioration. Oui, l’environnement est devenu un sujet politique manipulé à des fins électoralistes. La planète a le dos large», s’insurge Pierre Chasseray, délégué général de l’association.

Pour cela, le livret multiplie la dénonciation des contre-vérités, car «nous avons souhaité dans cette publication apporter notre contribution à un effort collectif visant à poursuivre le mouvement d’amélioration de la qualité de l’air. Lutter contre la voiture n’a pas de sens. Il faut au contraire penser à l’innovation et au progrès technique», conclut Daniel Quéro, président de l’association.

Graphiques et chiffres à l'appuis, tous les arguments et à-prioris des verts tombent à l'eau.

https://issuu.com/40ma/docs/lapollutionautomobileexpliqueeauxve

Écrit par : erwan | 03/08/2018

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire