Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

09/09/2018

Quel avenir pour Nicolas Hulot?

D1ED34BC-E728-46F2-941F-58BEC45D08B4.jpegLa  démission  de Nicolas Hulot restera sans doute le fait politique majeur de l’été pour le gouvernement et si la nomination de F De Rugy soulève à contrario si peu d’enthousiasme, c est bien que le symbole est très différent. N Hulot représentait pour les français une caution, tout en sachant qu’ il n aurait pas les coudées franches, il espérait pouvoir faire avancer les dossiers écologiques. Malheureusement après une année de mandat, le bilan reste maigre et N Hulot en est parfaitement conscient. Sa démission devenait donc inéluctable au risque, sinon de discréditer et son image et ses actions hors gouvernement. Par contraste, l acceptation par F De Rugy de reprendre cette délégation à l écologie apparaît comme une manœuvre du chef de l État afin d’avoir à ce poste une personnalité peu connue des Français, toute dévouée à son ambition d’être au gouvernement et par conséquence parfaitement maîtrisée par le pouvoir. Les plus pervers iront même jusqu’à imaginer que la nomination de F De Rugy n à que comme seul objectif de libérer le perchoir de l’assemblée pour y  accueillir Richard Ferrand lui aussi en quête d une place de choix.

Nicolas Hulot a certes subi des critiques. Son train de vie, les hélicoptères, les grosses voitures ont souvent été rappelés et pourtant sans l’ atteindre vraiment. Il reste et les sondages le montrent, une des personnalités préférées des Français. Il y a de la sincérité dans son engagement pour la planète et les gens le sentent. 

Sa démission, si elle a surpris tout le monde n’ a rien à voir avec un coup de tête. Cette fameuse réunion avec le lobby des chasseurs n’est que la goutte qui a fait déborder le vase. Il l’a dit lui même ensuite la différence de logique entre le système économique prôné par ce gouvernement et la nécessité de revoir notre croissance pour atteindre un équilibre écologique constitue un grand écart insurmontable. Les arbitrages se faisant systématiquement au profit du monde économique, il n avait d’autre solution que de quitter le gouvernement pour cesser d’en être la caution. 

La question qui va maintenant être posée à Nicolas Hulot, portera sur la place qu’il  compte occuper sur le terrain politique. Car il paraît invraisemblable qu’après cet épisode au gouvernement, et au vue de sa popularité, il disparaisse de la scène politique.

Commentaires

Pour mieux comprendre N.Hulot qui ne comprend pas pourquoi nous assistons à la gestation d'une tragédie bien annoncée dans une forme d'indifférence....

https://www.arretsurimages.net/emissions/arret-sur-images/mediatiser-lecologie-le-coquelicot-convoque-les-images-de-notre-enfance

Un électrochoc, c'est ce qu'a représenté pour beaucoup la démission de Nicolas Hulot. Y aura-t-il un avant et un après électrochoc, les médias notamment seront-ils plus efficaces dans la couverture de l'écologie ? Comment mieux atteindre tous ceux qui n'y croient pas ? Tout ceux qui ne veulent pas en entendre parler ? Tout ceux qui pensent qu'on n'y peut rien ? On en débat avec le photographe professionnel Samuel Bollendorff, auteur d'une série de photos, dans Le Monde, sur les territoires à jamais contaminés ; Anne-Caroline Prévot, directrice de recherches au CNRS et écologue de formation ; Jean- Baptiste Comby, maître de conférence et chercheur au Centre d'analyse des médias.

Écrit par : René | 16/09/2018

Répondre à ce commentaire

Posez vous simplement la question: "pourquoi y-a-t-il "tous ceux qui n'y croient pas" (je dirais "qui n'y croient plus") "tous ceux qui ne veulent pas en entendre parler" (je dirais "qui ne veulent plus en entendre parler").
N'y-a-t-il pas une bonne part de responsabilité de votre part (les écologistes en général), à cause d'une forme d'autisme, d'un jusqu'au-boutisme dogmatique assumé, de vos partis pris enfantins, d'un déni du pragmatisme et des réalités ?
La conscience écologique existe chez une immense majorité de nos contemporains. Simplement les partis "verts" ne l'incarnent pas, ou plus. Ils l'ont incarnée il y a une trentaine d'années, mais c'est terminé. Chacun vit l'écologie à sa façon, et souvent de manière efficace, en se passant des "nouveaux curés" (comme je l'ai souvent entendu dire.)

Écrit par : erwan | 16/09/2018

Il y a des gens qui sont obnubilés par les verts, ça leur permet de ne pas regarder ailleurs et de ne pas voir

Écrit par : René | 18/09/2018

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire