Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

18/05/2018

Les transports doux absents du projet communautaire.

      nic velo 2.jpg     Mercredi  16  mai, Quimper Bretagne Occidentale (QBO) présentait devant les élus  les  orientations de son  projet communautaire.  Un grand absent dans ces orientations, la prise en compte des déplacements doux. Et tout particulièrement des déplacements à vélo.

 La topographie n’est plus le problème.

           L’arrivée des bicyclettes électriques permet aujourd’hui de s’absoudre des difficultés topographiques, auparavant systématiquement  évoquées comme frein au développement du vélo.  L’élément objectif  qui limite encore l’usage de ce moyen de déplacement économe en énergie et respectueux de l’environnement reste la sécurité de ses pratiquants. La confrontation avec la voiture  sur le même espace  rend le cycliste particulièrement vulnérable. Il est donc urgent que les responsables des  politiques publiques dotent les territoires  de voies cyclables protégées de la circulation automobile.

           En ce qui concerne le centre-ville de Quimper un tel équipement s’impose entre le rond-point de l’eau blanche, la gare  et le quartier de Locmaria. Il est très possible de le réaliser dans la perspective d’un partage piétons/ cyclistes tout au long de la rive gauche de l’Odet coté préfecture. La rive droite étant alors exclusivement réservée aux piétons.

La voie ferrée déclassifiée

           Nous avons appris lors de cette réunion que La voie ferrée reliant Quimper à  Pluguffan allait être déclassée par la SNCF dès la fin de ce mois de juin. Il y a donc  aujourd’hui  une véritable opportunité pour réaliser un itinéraire doux, protégé et de qualité entre la gare et les quartiers nord-ouest de la ville.

           De manière plus générale le vélo est devenu  un argument touristique recherché. Il n’y a, pour s’en rendre compte, qu’à observer le nombre de bicyclettes accrochées aux voitures lors des départs en vacances.   C’est donc un intérêt économique pour notre territoire de proposer des circuits sécurisés  reliant la ville aux plages. La priorité étant sans doute un itinéraire vers Fouesnant et Bénodet. Dans la continuité de la piste reliant Beg-Meil à Fouesnant.  Cet équipement serait de la compétence du conseil départemental mais il appartient aux  communautés d’agglomérations  d’en être les instigateurs. 

Le Vtt pour le tourisme vert

           Les circuits VTT sont aussi des arguments essentiels pour un tourisme vert largement  plébiscité.  Les associations sportives font un remarquable travail dans ce domaine en ouvrant des chemins et en les entretenant. Il faut maintenant passer à un niveau supérieur et poursuivre le travail avec elles,  pour relier ces circuits entre eux sur l’ensemble du territoire, en ouvrir de nouveaux et en assurer la pérennité et la   promotion.

           Des propositions en ce sens ont été faites lors des ateliers d’élaboration de ce projet communautaire. Pour l’instant peu d’entre elles ont été retenues. Mais  il n’est pas trop tard pour y remédier,  dans la mesure où cette présentation n’était qu’une étape avant le projet définif qui devrait être proposé au conseil communautaire fin juin.   

Écrire un commentaire