Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

27/09/2011

Paroles de manifestants

Grève dans l'éducation nationale : 1 600 manifestants du privé et du public dans les rues de Quimper (27/9/11)


Manifestation à Quimper par kemperlecologieagauche

23:44 Publié dans politique | Lien permanent | Commentaires (4)

25/09/2011

TEBEO La Complète

L'Airsoft dans La Complète, édition du jeudi 22 septembre 2011

21:22 Publié dans politique | Lien permanent | Commentaires (3)

26/07/2011

Tunisie : quelque chose a changé

Lucas-Mebrouk-Dolega.jpgLes événements du mois de janvier constituent-ils une révolution pour les Tunisiens ?
Si l'on se réfère aux différentes révolutions qui ont marqué le monde, il serait sans doute abusif de le prétendre.
Ce 14 janvier 2011, il s'est pourtant passé quelque chose de très important pour le Peuple tunisien. Ils ont "dégagé" Ben Ali et sa famille. A cet égard les Tunisiens ne sont pas tendres avec le gouvernement français et tout particulièrement avec le président Sarkozy qui, à leurs yeux, n'a rien compris a ce qui se passait dans leur pays.

Le pays tourne la page de Ben Ali
27 années de pouvoir absolu avaient créé un climat très malsain fait de peur, de délation, de corruption. Un cafetier me disait hier "terminées les menottes sur la langue". Et c'est vraiment la nouveauté par rapport a ce que j'ai connu il y a une dizaine d'années : aujourd'hui les gens parlent.
Il n'y a pas eu de règlement de compte dans la population. Les "collabos" ceux qui jouaient les profiteurs, les mouchards,  étaient pourtant repérés et le journal "L'audace" en a fourni une liste. Quand j'aborde ce sujet, j'ai toujours droit au même haussement d'épaule. Les élites, restent toujours bien présentes et c'est celui qui fut ministre des armées pendant plus de 10 ans qui dirige aujourd'hui le pays.
Les Tunisiens semblent « en attente ». Ils savent que très bientôt va se jouer l'avenir de leur pays. Le 23 octobre, ils éliront ceux qui les représenteront pour mettre au point une nouvelle constitution.

Un difficile apprentissage de la démocratie.

Le paradoxe frappant est que les Tunisiens  sont très peu nombreux à s'être inscrits sur les listes électorales. Un peu comme s'ils étaient tétanisés et qu'ils ne se rendaient pas encore compte que les choses avaient changé et que c'était maintenant à eux de décider. Ou alors, et ce serait le pire, sont-ils déjà déçus du débat politique et de la multiplication des partis sans projet, prétendant jouer un rôle lors de ces élections.

Quel avenir pour la Tunisie ?
Le plus important n'est donc pas le qualificatif que l'histoire donnera à ces événements mais bien ce qui va en résulter. La Tunisie est un pays qui se modernise. Son système éducatif est performant. Et le processus démocratique me paraît maintenant bien avancé. Il y a tout à parier que la constitution qui va aboutir après le 23 octobre ressemblera aux constitutions européennes. A moins que les fondamentalistes ne parviennent à y insuffler un fort courant nationaliste. Ce qui n'est à ce jour pas à exclure.
Que feront les organisations politiques de cette constitution ? Un espace ultra libéral soumis aux intérêts des groupes internationaux ou une nation respectueuse de ses citoyens et de son environnement ? Les Tunisiens ont une « chance » : ils n'ont ni gaz, ni pétrole en abondance. Ce qui les préserve des appétits capitalistes effrénés...l'avenir leur appartient donc entièrement.

16:17 Publié dans politique | Lien permanent | Commentaires (0)