Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

16/10/2007

Grenelle.

Tout chaud, rentré de Brest ou je viens d'assister à la grande messe du Grenelle décentralisé.
Premier constat, il y avait du monde et les services de la préfecture avaient mis les petits plats dans les grands pour accueillir tout ce beau monde.
J'ai pour ma part participé aux travaux du groupe 5 ou l'on a échangé (c'est bien le mot) sur la question de la "construction d'une démocratie écologique". Le titre est déjà à lui seul un véritable sujet de discussion. Quand on commence à sectoriser la démocratie... il est grand temps de s'inquiéter!
Premier échange, relativement plat: quels partenaires associatifs à impliquer dans le processus de consultation?.
Pas grand chose de nouveau, la prudence de l'Etat a été exprimée par la sous-Préfette de Morlaix qui craint que certaines associations ne soient pas à la hauteur des enjeux collectifs et ne se préoccupent que du fond de leur jardin. Du coté de la chambre d'agriculture, c'était un peu le même son de cloche " causer c'est bien, mais à un moment il faut décider et il faut des gens sérieux pour cela..."
On a parlé ensuite des enquêtes publiques et j'ai dit qu'elles n'étaient pas très démocratiques parce que trop compliquées à lire pour qui n'est pas spécialistes. Elles sont également souvent sources de frustrations parce que l'on ne sait pas ce qui retient l'attention du commissaire enquêteur. Du coup son avis parait purement arbitraire. D'ailleurs qui sont les commissaires? d'anciens fonctionnaires de la DDA, de la DDE, de l'armée... ont ils les compétences pour apprécier et donner un avis?
On assiste, presque par la force des choses, à une judiciarisation de la décision et c'est le tribunal administratif qui bien souvent est appelé à trancher.
Dernier point qui m'a semblé intéressant à noter c'est l'appel systématique aux experts, à la création de commissions ad hoc... bref tout un tas de "machins" qui en fait permettent aux élus de fuir leurs responsabilités.
J'ai proposé (un peu par provocation) que lors des campagnes électorales (on peut commencer par les municipales) une liste de questions portant sur les obligations des communes soient posées par l'Etat (et oui, c'est lui qui a en charge l'application des lois) à l'ensemble des candidats. Par exemple vos propositions pour éviter que 5000 camions chargés de déchets prennent chaque année la route vers Laval ou se trouve le centre d'enfouissement régional. On pourrait même soumettre le remboursement des frais de campagne au fait que les candidats aient répondu aux questions. Je sais bien que je rêve... mais c'est ainsi, je pense que la véritable consultation démocratique, c'est l'élection. La ou le politique doit reprendre sa place et le "dire ce que je ferai et faire ce que j'ai dit..." me semble être la base de cette consultation démocratique.

23:45 Publié dans politique | Lien permanent | Commentaires (1)

12/10/2007

Ubuesque!

C'est le mot qui me vient à l'esprit en lisant dans mon journal de ce matin l'annonce de la candidature d'Alain Uguen pour les cantonales de 2008.
Cette candidature me laisse en effet perplexe parce que je n'en comprends ni le sens ni l'opportunité. Alain Uguen est toujours adhérent Vert, même si depuis un certain temps, au groupe local, on peut dire qu'il n'est plus pratiquant, il reste cependant tenu à une certaine loyauté vis à vis du parti politique. Or les Verts ont lancé un appel à candidatures pour les quatre cantons de Quimper en prévision d'une validation par le groupe lors de notre prochaine réunion le 17 octobre. La logique aurait été qu'il y présente sa candidature, il aurait ainsi vu s'il avait la confiance du groupe et donc la légitimité pour se présenter. Il a choisi une autre formule, la sienne en dehors des procédures...
Sur le sens de cette candidature, c'est également la confusion. Il dit être candidat au nom d'un sigle "PARTAGE" qu'il vient de créer et dont le but est de préparer des primaires en vue de l'élection présidentielle de 2012 ???
Comment voulez vous que les électeurs comprennent quelque chose. Voilà un adhérent vert qui se présente non pas au nom de l'écologie mais en vue de la prochaine présidentielle.
Mercredi prochain nous aurons notre procédure normale de désignation des candidats. Il y a fort à penser que Jean Paul Le Pohon militant sur Ergué qui a fait acte de candidature, sera désigné. Or il ne peut y avoir deux candidats verts sur le même canton. Il appartiendra alors aux instances nationales de prendre les mesures qui découlent de cette situation ubuesque.

23:45 Publié dans politique | Lien permanent | Commentaires (1)

08/10/2007

Kemper l'écologie à gauche.

C'est vrai que le nom "un projet pour quimper" faisait un peu "passe partout" et ne signait pas suffisamment notre démarche, du coup maintenant c'est fait....e4c4261b234bc8f419215a8f3a55d8e7.jpg
"Kemper" pour dire clairement notre attachement au territoire.
"l'écologie" parce que c'est le centre de notre projet.
et "à gauche" tout simplement parce que pour nous l'écologie est porteuse des valeurs traditionnelles de la gauche et que nous l'assumons parfaitement.
Nous nous sommes également donné une tête de file. Il n'y a pas eu beaucoup de suspens vu que j'étais le seul candidat. (voire les articles OF et Telegramme)
candit.doc
Nous voilà donc en ordre de marche alors que nous principaux concurrents et adversaires sont en train d'affuter les couteaux afin de désigner leur leader.
Il nous reste à élaborer et finaliser notre programme. Et c'est bien de programme qu'il s'agit maintenant. Nos idées générales sont en place. Elles doivent aujourd'hui se traduire en actions pour Kemper et sa région. Nous tenons véritablement à cette dimension de Pays et plus particulièrement à la communauté d'agglomération car les élus de nos communes devront désigner les représentants à l'agglomération. Quand on sait que la plus grande partie des compétences qui touchent à la vie des habitants au quotidien est gérée par la communauté, on mesure toute l'importance de cette dimension.

23:10 Publié dans politique | Lien permanent | Commentaires (2)