Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

14/05/2007

la fin d'une saga?

Lors du dernier conseil municipal, les élus ont eu à se prononcer sur le projet d’un cinéma multiplex à la Providence. Le projet qui nous a été présenté par la municipalité actuelle correspond dans les grandes lignes a celui que nous avions élaboré sous la responsabilité de Bernard Poignant pendant le précédent mandat. Nous l’avons donc voté, c’est une question évidente de cohérence et de responsabilité quant à l’avenir de la ville.
Lors de ce conseil nous avons posé les questions auxquelles le Maire devra répondre dans le cadre de la mise à enquête publique pour une modification du PPRI (plan de protection contre les inondations). A savoir l’avenir des structures existantes dans le quartier, le Foyer, la maison de retraite et surtout les procédures et les moyens financiers qui seront à mettre en œuvre en cas de déménagement.
Ces questions, à nos yeux, ne remettent aucunement en cause le projet de cinéma à la Providence. Nous savons que des projets de multiplex à l’extérieur de la ville existent. Or il nous semble important qu’un tel équipement reste en centre ville. C’est un élément déterminant de l’animation de la cité. Le fait de valider la procédure sur la Providence rend maintenant peu probable l’apparition d’un autre équipement à l’extérieur.
Le projet d’un équipement pour accueillir les musiques actuelles reste aussi évidemment d’actualité. Si la possibilité se présente de le concevoir à cet endroit, pourquoi pas, à condition toutefois de bien faire la part des choses. Il s’agira d’un équipement public donc du ressort de la collectivité. Alors que le cinéma restera un équipement commercial privé.
Quand à un projet de logements sur ce secteur, il n’en a pas été question lors de ce conseil. Une telle éventualité, qui pourrait se justifier, nécessiterait de toutes façons une nouvelle délibération.

22:19 Publié dans politique | Lien permanent | Commentaires (0)

06/05/2007

Réaction de Dominique Voynet

Respect pour Dominique.
je me retrouve totalement dans sa déclaration de ce soir. Le combat continue et la prochaine étape c'est le 10 juin.
Je vous invite à nous rejoindre pour une équipe de campagne "choc" à l'occasion de ces législatives dans la première circonscription du Finistère.
legislatives.lebigot@wanadoo.fr
*******************************************************************************************

Les électeurs ont fait leur choix ; je le respecte.

L'élection de Nicolas Sarkozy n'est pourtant pas une bonne nouvelle, pour les jeunes des banlieues, assignés à résidence dans leurs quartiers, pour les précaires, sommés de « travailler plus » et de façon générale pour les plus modestes, pointés comme les "maillons faibles"d'une compétition sans merci.

Ce n'est pas non plus une bonne nouvelle pour la planète.
Le programme de Nicolas Sarkozy, inspiré de la révolution néo-conservatrice à l’américaine, ne se contente pas de faire l’impasse sur le défi écologique.
Il nous fait courir le risque de nouveaux retards, de nouveaux dégâts.
Pétroliers et marchands d'armes, firmes semencières et majors de l'eau, industries pharmaceutiques et bétonneurs...Tous ont soutenu Nicolas Sarkozy ; tous exigeront les dividendes de leur mise, le droit de déréguler, précariser et polluer, sans entraves !

Nos enfants vivront au milieu du siècle les effets concrets de la crise écologique : le changement climatique, l’épuisement des ressources, l’extinction de bien des espèces vivantes, la fracture nord-sud...
Nous ne pouvons pas nous permettre de perdre cinq années, pour imaginer ce que seront nos vies demain, pour inventer les solutions qui nous permettront de construire une société plus fraternelle et plus responsable, pour sortir de la société de tous les gaspillages.
Et ce n'est pas en revenant à la France d'avant 68 que l'on pourra préparer l'avenir.

J'invite les écologistes à ne pas baisser les bras, à l'image des élus Verts, qui se battent dans les villes et les régions, pour des choix qui préparent l’avenir des générations futures.

Les 10 et 17 juin, j’appelle les citoyens à élire les députés Verts sans lesquels l’Assemblée nationale continuera à faire les lois comme si demain devait ressembler à hier.

Le temps viendra vite, où il appartiendra aux Verts comme à tous les démocrates qui refusent la main-mise d'un seul parti sur la vie politique en France, de tirer les conséquences de l’échec d’aujourd’hui, en termes d'organisation comme en terme de projet.
Loin des clivages artificiels entre une gauche de gouvernement, prompte à se renier quand elle accède au pouvoir, et une gauche radicale, qui refuse soigneusement de se mettre en situation de l'exercer, il nous faudra résister, avec le souci de protéger les plus modestes, qui seront les premières victimes des mesures prises par le nouveau gouvernement ; il nous faudra restaurer les fils du dialogue avec les citoyens, rompus de longue date et jamais véritablement renoués; il nous faudra renouveler notre réflexion en profondeur.

Une seule certitude : Il n'y aura pas de raccourci : pour gagner demain, la gauche - et les écologistes - devront savoir tirer les leçons de leur échec.

23:54 Publié dans politique | Lien permanent | Commentaires (2)

02/05/2007

dernière ligne droite

Triste mine pour ce 1 mai.medium_DSC01955.2.JPG Oui triste mine, nous n'étions que 250 à manifester notre refus de voir Mr Sarkozy prendre place à l'Elysée. En 2002 nous étions des milliers à refuser Le Pen. Je sais Sarko et Le Pen ce n'est pas tout a fait la même chose seulement le premier est venu manger dans la gamelle du second et le risque est grand de voir notre démocratie (imparfaite) glisser vers un totalitarisme au début, bon teint et ensuite...
Ceci dit, c'est ainsi et malgré toute notre motivation nous ne ferons pas de miracle. Les Français vont avoir à s'exprimer dimanche. Et quelque soit le résultat, il nous faudra faire avec.
Alors pensons dès maintenant au troisième tour qui nous sera offert par les élections législatives. Une fois de plus tout est jouable. Il y a fort à penser que les candidats UDF fassent une percée, du coup la majorité sera incertaine. Même si l'UDF par ses représentants élus s'est toujours (ou presque) placée à droite.
Ce qui est certain et qu'il faut répéter à n'en plus finir, c'est qu'il n'y aura pas de prise en compte de l'écologie dans les programmes de gouvernement sans la présence des écologistes. Il nous faut donc gommer immédiatement le score réalisé lors de cette présidentielle par Dominique qui a fait une bonne campagne mais qui a subi l'effet massif du vote utile.
Nombre d’électeurs traditionnellement écolos se sont sentis forcés de voter dès le premier tour pour Ségolène d’autre par calcul stratégique pour Bayrou. Il nous faut les convaincre de redonner aux candidats verts le poids nécessaire pour influencer les chois politiques du pays.

14:35 Publié dans politique | Lien permanent | Commentaires (1)