Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

03/02/2007

on en cause, mais que fait on?

Nous avons voté en début d’année deux budgets importants : 100 million d’euros pour la ville de quimper et 80 millions d’euros pour qu’ Quimper communauté. Dans les deux cas les élus écologistes ont fait les mêmes observations. Ces budgets sont loin de prendre en compte les questions qui sont aujourd’hui essentielles pour l’avenir de l’humanité.
Il y a 5 ans, le Président de la République disait:" la maison brûle et tout le monde regarde ailleurs » aujourd’hui il devrait dire « la maison brûle, nous sommes dedans et nous la regardons brûler »
Nous savons que les décisions sont et seront de plus en plus dures à prendre, surtout à l’approche des échéances municipales. Nous savons également que tout citoyen électeur (y compris nous même) possède une part de schizophrénie. Il veut continuer à rouler en voiture, consommer de l’eau, de l’énergie et attend d'un superman genre Nicolas Hulot qu’il se débrouille pour sauver la planète.
Prenons la question des déplacements, c’est une compétence communautaire. Plus de 80% des 200 000 déplacements quotidiens de l’agglomération se font en voitures, avec une personne par véhicule. Le transport public n’en prend au mieux que 10% et ce pourcentage décroît d’année en année. A ce régime on n’arrivera jamais à baisser nos émissions de CO2.
L’incinération des déchets participe elle aussi activement à ces émissions. Il existe pourtant des solutions comme le compostage, la méthanisation et la réutilisation du gaz qui remplace ainsi la consommation d’énergie fossile.
Que dire de la politique de l’habitat. Que celui-ci soit public ou privé il n’y est peu fait cas de cette nécessité vitale d’économiser l’énergie (40% des émission de CO2 sont liées à l'habitat). La collectivité ne propose pas, ou trop peu d’alternatives à la construction traditionnelle. Pas d’incitation à la mise en place de panneaux solaires pour l’eau sanitaire….
La commande publique qui devrait être un véritable détonateur en ce qui concerne le développement durable n’est pas à la hauteur de situation. Qu’elle formidable occasion de manquer avec la médiathèque. Pendant que la ville de Lorient mettait en route une chaudière bois qui chauffe la salle de spectacle et les locaux de la mairie en utilisant le bois récupéré par les espaces verts et une partie des agriculteurs, Quimper reste à la chaudière gaz.
Le Développement Durable et Solidaire n’est n’y un luxe ni une fantaisie, il est devenu une nécessité absolue. Qui plus est il est créateur d’emplois. Combien faudra t’il encore d’années pour que les élus en soient convaincus.

09:50 Publié dans politique | Lien permanent | Commentaires (1)

29/01/2007

Paresse.

Aujourd'hui pas de nouvelle note. halte aux cadences infernales!
mais un joli cadeau... pédagogique, pratique, citoyen...
Allez y, et laissez vous guider
C'est super!
http://projet.voynet2007.fr/

23:35 Publié dans politique | Lien permanent | Commentaires (1)

23/01/2007

Engagement.

medium_dra.jpg


Voici un texte d'engagement que je me propose de faire parvenir à l'ensemble des candidats à la députation de juin 2007 dans le première circonscription du Finistère.

Nombre de nos concitoyens expriment, plus particulièrement à l’approche des élections, une certaine défiance par rapport aux élus en général. Cette défiance est en partie justifiée, il faut bien l’avouer, par la professionnalisation de la fonction d’élu. Il appartient à la loi de réglementer les fonctions électives pour éviter ce malaise qui nuit à la démocratie. Différentes tentatives ont d'ailleurs été tentées pour lutter contre un cumul exagéré des mandats. Force est de constater que la loi n’a pas été assez loin.
Je vous propose donc que les candidats à l’élection législative du mois de juin 2007 de la première circonscription du Finistère prennent l’engagement:
1- De n’occuper qu’un seul mandat qu’il soit national ou local. On peut toute fois admettre que le mandat de conseiller municipal sans fonction exécutive soit un mandat de base permettant à l’élu de rester en contact avec les acteurs du débat municipal et de ce fait soit conciliable avec un autre mandat.
2- De se limiter dans le temps à deux mandats consécutifs.

Ces deux points, s’ils étaient inscrits dans la loi permettraient un renouvellement permanent des élus et seraient de nature à une reconsidération de la fonction. Ils permettraient également une clarification des fonctions, le Maire serait parfaitement distinct du Député ou du Conseiller Général. La confusion entre le législateur qui prépare et vote les lois et l’exécutif qui gère en appliquant les lois serait ainsi levée. De même Le Maire qui administre sa commune serait identifié par rapport au Conseiller Général ou Régional dont le mandat concerne le Département ou la Région.
L'engagement des candidats de la première circonscription aurait ainsi valeur d'exemple. Il donnerait à celui ou celle qui sera élu une légitimité forte et une reconnaissance citoyenne.

Si vous en étiez d’accord, je proposerai que nous rendions public cet engagement en le généralisant à l’ensemble des candidats.

22:50 Publié dans politique | Lien permanent | Commentaires (2)